Site Internet de la Fondation du Grand Montréal
Contexte
La région métropolitaine de recensement (RMR), dite la grande région, comprend les îles de Montréal et Laval, l’agglomération de Longueuil et les couronnes Nord et Sud. Ce que nous appelons commodément l’île, c’est aussi bien l’agglomération, la région sociosanitaire et la région économique que la région administrative de Montréal.

De tous les mouvements de population, seules les migrations internationales nous laissent un solde positif. Mais le taux de natalité montre une certaine reprise. Et si le revenu moyen des familles augmente, ce n’est pas au bénéfice de la majorité puisque le revenu médian est quant à lui en baisse.

DÉMOGRAPHIE

  • En 2006, les agglomérations de Montréal (51,1 %), de Longueuil (10,6 %) et Laval (10,3 %) regroupaient 72 % de la population de la région métropolitaine qui comptait alors 3 666 280 personnes, en hausse de 4,5 % depuis 5 ans. Cela constituait 47,9 % de la population du Québec. Après avoir été 45e parmi les régions métropolitaines les plus populeuses à l’échelle mondiale en 1975, Montréal était 75e en 2005 et l’on prévoit qu’elle passera au 91e rang en 2015. 1, 2
  • Le poids démographique de l’île est en léger mais constant recul puisqu’elle regroupait 30 % de la population du Québec en 1976, 27,1 % en 1986, 24,8 % en 1996 et 24,5 % en 2006. On prévoit cependant remonter à 26,3 % en 2026. 1, 3
  • En baisse depuis 1991, le nombre annuel des naissances et le taux de natalité de la grande région ont connu une légère remontée entre 2003 et 2005, et surtout en 2006. Toutefois, avec 5 000 naissances de moins qu’en 1991, le taux de natalité de 2006 (11,4 pour 1 000) restait inférieur à celui de 1991 (14,2). 4
  • En 2005, le taux de natalité dépassait légèrement la moyenne québécoise (10,0 pour 1 000) sur l’île (11,0) et, à 30,7 ans, l’âge moyen des mères y était le plus élevé du Québec (29,3 ans). L’indice synthétique de fécondité (1,43 enfant par femme) était inférieur à ce qu’il était au Québec (1,51), et inférieur également au taux de remplacement des générations (2,1). 3
  • En 2005-2006, la grande région a accueilli 35 058 personnes venues de l’étranger, 12 661  personnes issues d’une autre province et 40 037 personnes en provenance d’ailleurs au Québec. Seules les migrations internationales ont laissé un solde positif. Au total, les divers mouvements de population ont amené 13 691 personnes de plus dans la grande région (soit 3 409 de moins que l’année précédente), mais 8 004 personnes de moins sur l’île qui accueillait pourtant 86,7 % de l’immigration internationale; comme chaque année depuis 20 ans, un déficit migratoire (–34 382 personnes) y était alors enregistré en faveur des autres régions du Québec ou du Canada. 5
  • En 2006, dans la grande région, l’âge médian se situait à 38,9 ans (37,7 ans pour les hommes; 40,1 ans pour les femmes) et l’âge moyen à 39,1 ans (37,8 ans pour les hommes; 40,3 ans pour les femmes). Et, chez les hommes comme chez les femmes, ce sont les personnes de 43 ans qui étaient les plus nombreuses. 6
  • Entre 1996 et 2006, c’est dans l’agglomération de Longueuil que le vieillissement s’est fait le plus sentir, en partie comme une sorte de rattrapage. Ainsi, l’âge médian et l’âge moyen y prenaient 3,8 et 2,8 années de plus que ce qu’ils prenaient dans l’agglomération de Montréal. 7
  • En 2006, dans la grande région, 13,4 % de la population avait 65 ans et plus, en hausse de 1,4 point depuis 1996, tandis que 29,4 % de la population avait moins de 25 ans, en baisse de 2,3 points. Quant aux personnes de 75 ans et plus, elles étaient passées de 4,8 % à 6,3 %, ce qui représentait 4,7 % des hommes et 7,8 % des femmes de la grande région. 7
  • Tout comme à Toronto, la population autochtone n’atteint pas la moitié de 1 % dans la grande région; c’est proportionnellement quatre fois moins qu’à Vancouver (1,9 %) où se trouvent pourtant moins d’Autochtones qu’à Edmonton et surtout Winnipeg. 8
  • En 2001, les moins de 25 ans étaient sensiblement mieux représentés chez les Autochtones (36,4 %) que dans la population non autochtone (31,4 %) de la grande région. Et près de deux fois plus d’enfants autochtones (38 %) que non autochtones (20 %) appartenaient à une famille monoparentale. À Vancouver, l’écart était plus marqué puisque 16 % des enfants non autochtones ne vivaient qu’avec un parent, tandis que 43 % des enfants autochtones étaient dans cette situation. 8

ÉCONOMIE

  • Avec un taux de croissance annuel moyen autour de 4 % depuis l’an 2000, le PIB par habitant atteignait 39 207 $ en 2006 dans la grande région et 51 453 $ sur l’île. 9
  • En 2005, dans la grande région, le revenu médian des familles se situait à 44 300 $ et leur revenu moyen était de 57 300 $; dans les deux cas, cela représentait 91 % de la moyenne canadienne. Tandis que le revenu moyen était en hausse de 5 % depuis 1980, le revenu médian était, quant à lui, en baisse de 12 % durant la même période. 10
  • Le revenu personnel disponible par habitant de l’île a connu une hausse timide de 0,1 % en 2005. Toutefois, en tenant compte de l’évolution des prix à la consommation, les résidants voyaient leur revenu baisser de 1,8 % en regard de 2004. 11
  • En 2005, le revenu de placement par habitant s’élevait à 4 323 $ dans la grande région où il constituait 13 % du revenu personnel avant impôt. Il s’agissait de 15,5 % dans l’agglomération de Montréal et de 11,3 % dans celle de Longueuil tout comme dans à Laval. 9
  • Montréal et sa région accusent du retard en matière de création d’entreprises. En 2003, un indice d’activité entrepreneuriale de 5,5 % traduisait moins de dynamisme qu’à Calgary (15,4 %), Toronto (9,2 %), Vancouver (7 %) et Québec (6,5 %). 12
  • Au second trimestre de 2007, 81 % des 1 903 000 emplois de la grande région appartenaient au secteur des services, soit 1,6 point de plus que l’année précédente. Globalement, tandis que les emplois du tertiaire étaient en hausse de 5 %, on enregistrait des baisses dans les secteurs primaire (-32 %) et secondaire (-6 %). 13
  • Les quatre secteurs manufacturiers les plus importants sur l’île au chapitre de la valeur des exportations sont la machinerie, la première transformation des métaux, les produits informatiques et électroniques et le matériel de transport; or ce dernier a connu un important recul de 26,8 % entre 2003 et 2004. De 2000 à 2004, Montréal a enregistré quatre baisses successives de la valeur des biens exportés, pour une variation annuelle moyenne de -8,0 %, comparativement à -2,1 % pour l’ensemble du Québec. 11
  • Le Port de Montréal qui célébrait en 2005 son 175e anniversaire de fondation génère à lui seul quelque 18 000 emplois directs et indirects. En 2006, 25,1 millions de tonnes de marchandises y ont été manutentionnées, éclipsant le record d’achalandage établi en 1980. Dix des quinze plus grands armateurs spécialisés dans le transport de conteneurs à l’échelle mondiale s’y retrouvent. 12, 14
  • Avec 40 600 croisiéristes ayant transité au Port de Montréal, 2006 est la deuxième meilleure année depuis 1992. Un total de 47 navires y a accosté, soit trois de plus qu’en 2005. 14
  • Montréal accueille annuellement quelque 10 millions de passagers aériens, ce qui le place au 3e  rang au Canada et parmi les 100 premiers aéroports dans le monde. 12
  • On a comptabilisé plus de 11,4 millions de passagers aériens en 2006, un gain de 4,7 % par rapport à l’année précédente. Le marché des vols internationaux a connu la plus forte croissance avec 3,7 millions de passagers, ce qui représente une hausse de 6,5 % sur les volumes de l’année 2005. Le marché domestique a également été très actif : 4,7 millions de passagers ont fréquenté l’aéroport, soit une augmentation de 4,6 % en un an. Les fluctuations du marché transfrontalier ont été moins importantes alors que 3,1 millions de personnes ont fait la navette entre les États-Unis et Montréal, 2,8 % de plus qu’en 2005. 14
  • On évalue à 7,6 millions le nombre de touristes accueillis sur l’île en 2006, soit 2,3 % de plus que l’année précédente. Ces touristes auraient déboursé près de 2,6 milliards de dollars dans la métropole et contribué ainsi à soutenir près de 75 000 emplois. 14
  • La Ville de Montréal compte 60 organisations internationales sur son territoire, de même que 85 consulats et délégations étrangères. 12
  • En 2005, 17 % des publications scientifiques canadiennes provenaient de l’agglomération de Montréal. De 30,2 % qu’elle était en 1993, la proportion des publications produites en collaboration avec un auteur étranger s’élevait alors à 45,4 %. 11, 14
  • En 2004, Montréal obtenait 23 % de l’ensemble du budget de recherche universitaire au Canada. À titre comparatif, Toronto touchait près de 14 % des fonds tandis que 8 % allaient à Vancouver. 14
  • Avec 834 brevets d’invention octroyés à des titulaires de la grande région en 2004, dont 741 sur l’île, Montréal occupait le premier rang au chapitre de l’innovation au Canada. Le nombre annuel de brevets faisait plus que doubler sur l’île depuis 1995 et il augmentait de 1,3 % par rapport à 2003. 14
  • Avec près de 40 000 emplois dans l’industrie de la construction aéronautique et spatiale en 2003, Montréal y occupait le 3e rang en Amérique du Nord. 12
  • On compte environ 110 000 emplois dans le domaine des technologies de l’information et des communications à Montréal, dont 7 500 en recherche et développement, au sein de 2 600 entreprises privées. Plus de 4 000 chercheurs universitaires y œuvrent également dans 90 centres de recherche. 12
  • Déjà en 2003, la métropole se classait au 8e rang de l’industrie biopharmaceutique en Amérique du Nord. Or l’ensemble du secteur des sciences de la vie a été en forte croissance en 2004, avec  ses 661 entreprises et organismes de recherche et ses 37 250 emplois directs. 12

1 Données démographiques régionales, Institut de la Statistique du Québec
(consulté le 31 juillet 2007)
2 Perspective du Grand Montréal, Bulletin de la Communauté métropolitaine de Montréal, Vol 1, No 1, juillet 2007
(consulté le 31 juillet 2007)
3 Bulletin statistique régional. Montréal, Vol 4, No 1, Institut de la statistique du Québec, mai 2007
(consulté le 31 juillet 2007)
4 Naissances, décès et mariages par région métropolitaine de recensement, Québec, 1991-2006, Institut de la Statistique du Québec
Taux de natalité, de mortalité et de nuptialité par région métropolitaine de recensement, Québec, 1991-2006, Institut de la Statistique du Québec
(consultés le 31 juillet 2007)
5 Migrations et population immigrante, Institut de la statistique du Québec
(consulté le 31 juillet 2007)
6 Données transmises par Linda Pouliot de l’Institut de la statistique du Québec
7 Données démographiques régionales, Institut de la Statistique du Québec
(consulté le 31 juillet 2007)
8 Tendances et conditions dans les régions métropolitaines de recensement – Situation des peuples Autochtones dans les régions métropolitaines de recensement, 1981 à 2001, par Andrew J. Siggner et Rosalinda Costa, Statistique Canada, juin 2005
Tendances et conditions dans les régions métropolitaines de recensement – Le Canada et ses villes mondiales : conditions socio-économiques à Montréal, Toronto et Vancouver, par Andrew Heisz, Statistique Canada, juillet 2006
(consultés le 31 juillet 2007)
9 Banque de données des statistiques officielles sur le Québec, Institut de la statistique du Québec
(consulté le 31 juillet 2007)
10 Tendances du Revenu au Canada 1980-2005, Tableau x 202-0403 et 202-0411 disponibles sur disque compact (uniquement en anglais) et fondés sur des données fiscales avant impôt avec SLID, Statistique Canada
Table XI-5-c-i
Table XI-6-c-i
(consultés le 21 août 2007)
11 Bulletin statistique régional. Montréal, Vol 4, No 1, Institut de la statistique du Québec, mai 2007
(consulté le 31 juillet 2007)
12 Réussir@Montréal, Stratégie de développement économique 2005-2010 de la Ville de Montréal, Service de la mise en valeur du territoire et du patrimoine, juin 2005
(consulté le 31 juillet 2007)
13 Enquête sur la population active, Statistique Canada; données transmises à Marcel Côté de SECOR Conseil par  Maxime Trottier de la Communauté métropolitaine de Montréal
14 Bilan économique de l’agglomération de Montréal 2006, par Chantal Langelier, Service de la mise en valeur du territoire et du patrimoine, Ville de Montréal, 2007
(consulté le 31 juillet 2007)