Signes vitaux 2010 -  Fondation du Grand Montréal
entete
La langue, le voisinage, le travail, le mariage, voilà autant de modalités d’intégration à la société d’accueil. On peut parler d’un défi à large spectre, qui engage toutes les composantes de l’existence, et dont l’ampleur ne se démentira pas dans les années à venir.
  • En vingt-cinq ans [1981-2006], la population de la grande région s’est accrue de 27 % tandis que le nombre d’immigrants y était en hausse de 64 %. 1
  • Avec 12 % de la population immigrante du Canada sur son territoire, en 2006, Montréal occupe le 3e rang des régions métropolitaines, derrière Vancouver (13,4 %) et Toronto (37,5 %). Mais elle se situe au 4e rang en ce qui a trait à la proportion d’immigrants dans sa population (20,6 %), devancée en cela par Calgary (23,6 %) puis encore par Vancouver (39,6 %) et Toronto (45,7 %). 1
Proportion d’immigrants dans la population
par RMR, 2006
Source : Statistique Canada 1
  • Plus des trois quarts (77,6 %) des immigrants admis de 1998 à 2007 et toujours présents au Québec en janvier 2009 résident dans la région métropolitaine. En accueillant deux immigrants sur trois, l’île de Montréal constitue le principal pôle d’attraction (64,3 %), suivie de la région de Laval (7,1 %) et de l’agglomération de Longueuil (6,2 %). 2
  • Parmi les 236 975 immigrants arrivés de 1998 à 2007 et établis dans les agglomérations de Montréal, Laval et Longueuil en 2009, plus de la moitié (57,5 %) sont des immigrants économiques, 24,4 % ont été admis dans le cadre d’un regroupement familial et 16,9 % sont des réfugiés. Or par rapport à il y a trois ans, les immigrants économiques sont maintenant plus nombreux (+6 points), contrairement aux personnes de même famille (-4 points) et aux réfugiés (-2 points). 3
Proportion des immigrants de la RMR qui vivent sur l’île
2006
Source : Statistique Canada 4
  • L’île regroupe la moitié de la population, mais les trois quarts des immigrants de la grande région. En 2006, certains s’y concentrent toutefois moins que d’autres : il s’agit des personnes originaires de Grèce (61 %), de France (65 %) et du Liban (67 %). À l’inverse, les immigrants des Philippines y sont les plus présents (89 %), en particulier ceux qui sont arrivés depuis 2001 (94 %). Parmi les immigrants récents, ceux qui ont le plus tendance à élire domicile ailleurs que sur l’île viennent de Colombie (34 %) et de Roumanie (27 %). 4,5
Proportion des immigrants récents (2001-2006) de la RMR qui vivent sur l’île
2006
Source : Statistique Canada 5
  • Entre 2001 et 2006, les adultes [25 à 44 ans] de parents nés au pays étaient plus susceptibles de quitter la municipalité centrale (18 %) que les immigrants, alors qu’à Toronto (11 %) c’était l’inverse. Parmi ceux qui avaient déménagé de la ville de Montréal, la municipalité de Laval était nettement plus populaire auprès des immigrants (41 %) qu’elle ne l’était auprès des personnes de parents nés au pays (16 %). 6
  • À Laval, la population immigrante est relativement privilégiée dans la mesure où elle est en partie le résultat de vagues migratoires antérieures aux années 1980, originaires d’Europe méridionale, pour lesquelles l’exode vers la banlieue représentait le signe d’une intégration réussie. Mais un peu partout au Canada, la situation économique des immigrants récents apparaît moins favorable que celle de leurs prédécesseurs. On peut donc s’attendre à ce que les nouveaux arrivants montréalais gagnent moins facilement la banlieue et, de fait, on note un certain ralentissement dans l’étalement urbain de l’immigration. 7
  • Les immigrants sont moins isolés à Montréal qu’à Toronto et Vancouver : en 2001, en moyenne 31 % de la population du milieu résidentiel d’un immigrant montréalais est elle-même immigrante, contre respectivement 50 % et 42,5 % à Toronto et Vancouver. En d’autres termes, en moyenne sept personnes sur dix de son environnement immédiat ne sont pas des immigrants. Sur le plan résidentiel, les immigrants sont ainsi plus exposés aux membres de la société d’accueil à Montréal qu’à Toronto et Vancouver. Il en est de même pour les membres des minorités visibles qui sont peu isolés à Montréal, comparativement aux situations observées dans les deux autres métropoles. 8
  • En 2006, la grande région abrite 4,4 % de couples en union mixte*, ce qui la situe au 8e rang des 33 régions métropolitaines du Canada. Toronto (7,1 %) et Vancouver (8,5 %) se partagent les premières places. 9
    *Soit l’un des membres du couple appartient à un groupe de minorités visibles et pas l’autre, soit les deux conjoints ou partenaires appartiennent à un groupe de minorités visibles différent.
  • En 2006, dans la grande région, environ une personne immigrée sur trois a le français pour langue d’usage à la maison, une sur cinq privilégie l’anglais et une sur deux parle une langue tierce. 10
  • En 2006, la proportion de personnes de langue maternelle autre que le français et l’anglais est de 21,8 % dans la grande région et de 32,6 % sur l’île. 10
  • En 2006, dans la grande région, environ la moitié des immigrants de langue tierce travaille dans les deux langues, tandis qu’une même proportion travaille exclusivement en français (16 %) ou exclusivement en anglais (17 %). 11
  • En 2006, en comparaison des personnes nées au pays, le taux de chômage des immigrants récents est 1,9 fois supérieur au Canada, 3 fois au Québec et 3,5 fois supérieur dans la grande région. Nulle part l’écart ne s’est réduit depuis cinq ans.12
  • En 2017, on estime que 21,7 % de la population de la grande région sera née à l’étranger, une proportion sensiblement inférieure à ce qui est prévu à Toronto (49,1 %) et à Vancouver (44,5 %). 13
  • La population de minorités visibles de la grande région pourrait plus que doubler, passant de 604 000 en 2006 à un peu plus de 1,5 million en 2031, tandis que le reste de la population augmenterait plus modestement d’environ 10 %. Ce sont les Arabes qui connaîtraient la plus forte hausse, en voyant presque tripler leur effectif. Déjà en 2006, Montréal abrite la plus importante communauté arabe au Canada. 14
Proportion de minorités visibles
RMR, 2006 et 2031
Source : Statistique Canada 14
  • Dans une vingtaine d’années, on prévoit que la grande région comptera presque autant d’Arabes (7,5 %) que de Noirs (7,8 %), les deux groupes les mieux représentés et comptant pour la moitié des minorités visibles. À Toronto et à Vancouver, ce seront les Chinois (à 12,4 % et 23,2 %) et les Sud-Asiatiques (à 23,8 % et 13,7 %) qui seront encore majoritaires, tandis qu’ils ne représenteront respectivement que 4 % et 3,5 % de la population montréalaise. 14
Maison d’Haïti
© Maison d’Haïti
dotCréée en 1972, la Maison d’Haïti se consacre principalement à l’accueil et à l’intégration des immigrants en difficulté. Depuis le séisme du 12 janvier dernier, elle a aussi mis sur pied une série d’activités post-crise, dont des ateliers d’art thérapeutique, afin d’aider au processus de guérison des personnes endeuillées.

www.mhaiti.org
Sources :

1 La population immigrante dans la région métropolitaine de Montréal, par Farah Fouron, Division des affaires économiques et institutionnelles, Ville de Montréal, 2010, 7 p.
http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/
PAGE/MTL_STATISTIQUES_FR/MEDIA/DOCUMENTS/01_RMR%20DE%20MONTR%C9AL.PDF

2 Immigrants admis de 1998 à 2007 et présents au Québec en janvier 2009 selon la région de résidence, par période d'immigration, Institut de la Statistique du Québec
http://www.stat.gouv.qc.ca/publications/referenc/quebec_stat/pop_imm/pop_imm_10.htm

3 Présence au Québec en 2009 des immigrants admis de 1998 à 2007, Ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles du Québec, 2009, 32 p.
http://www.micc.gouv.qc.ca/publications/fr/recherches-statistiques/Presence-Quebec-2009-immigrants-admis1998-2007.pdf
Présence au Québec en 2006 des immigrants admis de 1995 à 2004, Ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles du Québec, 2006, 44 p.
http://www.micc.gouv.qc.ca/publications/fr/recherches-statistiques/Presence-Quebec-2006-immigrants-admis1995-2004.pdf

4 La répartition spatiale des immigrants dans la RMR de Montréal, par Farah Fouron, Division des affaires économiques et institutionnelles, Ville de Montréal, 2010, 14 p.
http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/MTL_STATISTIQUES_FR/MEDIA/
DOCUMENTS/05_LA%20R%C9PARTITION%20SPATIALE%20DES%20IMMIGRANTS.PDF

5 La répartition spatiale des immigrants récents dans la RMR de Montréal, par Farah Fouron, Division des affaires économiques et institutionnelles, Ville de Montréal, 2010, 14 p.
http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/MTL_STATISTIQUES_FR/MEDIA/
DOCUMENTS/06_LA%20R%C9PARTITION%20SPATIALE%20DES%20IMMIGRANTS%20R%C9CENTS.PDF

6 Migration entre municipalité centrale et municipalités avoisinantes à Toronto, Montréal et Vancouver, par Martin Turcotte et Mireille Vézina, Statistique Canada
http://www.statcan.gc.ca/pub/11-008-x/2010002/article/11159-fra.htm

7 La problématique de la main-d’œuvre immigrante dans la région de Laval : portrait et questions par Annick Germain, Jaël Mongeau et Yvon Martineau avec la collaboration de Dominique Agossou et Philippe Apparicio, document réalisé pour la Direction régionale de Laval d’Emploi-Québec, INRS Urbanisation, Culture et Société, Montréal, 2005, 64 p.
http://www.ucs.inrs.ca/pdf/mo_immigranteLaval2005.pdf

8 Retour sur les notions de ségrégation et de ghetto ethniques et examen des cas de Montréal, Toronto et Vancouver, par Philippe Apparicio et Anne-Marie Séguin, rapport de recherche réalisé pour la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles, Institut national de la recherche scientifique – Urbanisation, Culture et Société, 2008, 56 p.
http://www.accommodements.qc.ca/documentation/rapports/rapport-5-apparicio-philippe.pdf

9 Pourcentage de couples en union mixte par région métropolitaine de recensement, 2006, Statistique Canada
http://www.statcan.gc.ca/pub/11-008-x/2010001/t/11143/tbl006-fra.htm

10 Rapport sur l’évolution de la situation linguistique au Québec, 2002-2007, Office québécois de la langue française, Montréal, 2008, 191 p.
http://www.olf.gouv.qc.ca/etudes/rapport_complet.pdf

11 L’intégration linguistique des immigrants au Québec, par Michel Pagé avec la collaboration de Patricia Lamarre, Étude IRPP, Nº 3, 2010, 44 p.
http://www.ceetum.umontreal.ca/pdf/IRPP_Study_no3.pdf

12 Données du recensement, Statistique Canada
http://vitalsignscanada.ca/rpt2010/VI-2.pdf
http://vitalsignscanada.ca/rpt2010/VI-2-a-iii-app.pdf

13 L’intégration des immigrés sur le marché du travail à Montréal. Politiques et enjeux, par Marie-Thérèse Chicha et Éric Charest, Étude IRPP, Vol 14, Nº 2, 2008, 62 p.
http://www.irpp.org/fr/choices/archive/vol14no2.pdf

14 La diversité ethnoculturelle au sein des régions métropolitaines de recensement (RMR), Statistique Canada
http://www.statcan.gc.ca/pub/91-551-x/2010001/ana-fra.htm#a3