Nouvelle

On parle de la FGM dans les médias



SECRET PHILANTHROPIQUE BIEN GARDÉ À MONTRÉAL

Par Nathalie Deshaies

C’est en 1941 que Frederick Goff – avocat de l’homme d’affaires John D. Rockefeller –, accompagné de plusieurs complices, créait une révolution en philanthropie en instaurant la première fondation communautaire issue de la mutualisation des ressources des citoyens reposant sur des fonds à perpétuité. L’une de ses premières réalisations visant à améliorer la vie des citoyens de la ville fut les Cleveland Metroparks; des parcs urbains dédiés aux familles. Ce mouvement a comme principe que l’écosystème au cœur d’une ville est le plus apte à identifier ses besoins premiers, et que les gens d’affaires ont un rôle à jouer dans la pérennité du mieux-être de ses citoyens. Cette initiative donna ensuite lieu à la création de fondations communautaires. Il en existe maintenant plus de 1800 à travers le monde.

La Fondation du Grand Montréal (FGM) fait partie de cette vaste famille et se positionne comme un véritable « hub » d’intelligence philanthropique dont la portée est impressionnante : elle assure la gestion d’actifs s’élevant à près de 250 millions de dollars, incluant 509 fonds créés par des individus, des organismes et des entreprises. La rigueur de gestion est un autre élément remarquable à la FGM, puisqu’elle est la seule au Québec qui a créé un fonds d’investissement sous l’égide de l’AMF. Outre son rôle de gestionnaire-donatrice, la FGM se charge également du volet logistique des fonds de plusieurs organismes philanthropiques désirant que ce segment soit assuré en toute quiétude (production de rapports administratifs ou reçus, administration selon les meilleures pratiques de gouvernance, suivi des activités et des opérations via une plateforme logicielle adaptée, et autres).

C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles la FGM accueille également différents donateurs qui souhaitent rapidement mettre en place leur propre fondation hébergée au sein de cette grande famille. Les axes d’intervention étant bien ciblés, ces donateurs peuvent ainsi orienter leur fondation en fonction de leurs valeurs ou définir leurs exigences de façon spécifique (comme de remettre leurs dons à un organisme en particulier). D’autres préfèrent se tourner vers l’expertise de la FGM, qui veille à publier tous les deux ans un rapport nommé Signes vitaux, qui, à la lumière de données échangées par une trentaine de représentants (culture, environnement, services policiers et autres), dresse un portrait statistique des enjeux prioritaires. L’édition 2017 de Signes vitaux se concentrera sur les enfants dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal et du 150e du Canada. Ce rapport sur la situation des enfants du Grand Montréal arrive à point. Le 15 juin dernier, le rapport Bilan Innocenti 14 de l’UNICEF a révélé une réalité inquiétante : le Canada se classe dans la moitié inférieure des pays industrialisés (soit au 25e rang sur 41 pays riches) relativement au bien-être des enfants, alors qu’il était au 12e rang en 2007.

Yvan Gauthier, pdg de la FGM, croit en l’importance de mettre en place des structures philanthropiques à l’écoute des gens et ayant un impact social concret. Son talent de rassembleur ainsi que l’engagement du conseil d’administration, de l’équipe et des bénévoles, ont eu un effet remarquable sur l’enracinement philanthropique de Montréal, mais cela demeure un secret encore trop bien gardé. Cependant, en constatant l’évolution de l’organisation, nul doute que la FGM rayonnera de plus en plus au cœur du Grand Montréal. 

Pour consulter en ligne l'édition Automne 2017 de Mixte Magazine, cliquez ici.





INFORMATION GÉNÉRALE

Vitrine de vos actionsSignesvitaux 2017

DONNEZ MAINTENANT

Fonds d'aide pour les réfugiésFaites un don en ligne CanaDon.orgPlacements Culture