Site Internet de la Fondation du Grand Montréal
Appartenance et participation

La participation des citoyens à leur milieu suppose une information éclairée. Tandis que la moitié d’entre eux lit régulièrement un quotidien et que plus de quatre sur cinq suivent la presse parlée, déjà un Montréalais sur six s’informe de l’actualité via Internet.

  • En 2004, dans la grande région, 32,5 % des Montréalais de 15 ans et plus faisaient du bénévolat. C’était inférieur au taux obtenu pour l’ensemble du Québec (34 %) mais surtout à la moyenne canadienne de 45,3 %. 1
  • En 2004, parmi la population de 15 ans et plus de l’île, 28 % faisait du bénévolat; dans 42 % des cas, c’était pour un organisme de bienfaisance. Dans 37 % de tous les cas, plus de 10 heures par mois y était consacré. 2
  • Sur l’île, en 2005, 45 % de la population de 12 ans et plus ne se reconnaissait qu’un faible sentiment d’appartenance à la communauté locale, et c’était davantage le fait des natifs (47 %) que des immigrants récents (39 %) ou de longue date (38 %). 3
  • En 2004, parmi la population de 15 ans et plus de l’île, 83 % écoutait régulièrement (61 %) ou assez souvent (22 %) les nouvelles et les émissions d’affaires publiques. De même, 49 % lisait un quotidien chaque jour ou presque, contre 26 % qui ne le faisait jamais. 2
  • En 2004, 68 % des ménages de l’île disposaient d’un ordinateur et 52 % avaient une connexion Internet. Les internautes de 15 ans et plus utilisaient souvent ce moyen pour lire des journaux, des magazines ou encore suivre l’actualité (31,5 %), pour consulter des encyclopédies ou des ouvrages de référence (34,5 %), pour s’informer au sujet d’événements culturels (43 %). 2
  • Parmi les 1 117 municipalités du Québec, 45 % avaient un site Internet actif en 2006. En cette année de défusions, c’était tout de même le cas de 56 % des municipalités de l’île, qui regroupaient à elles seules 97 % de sa population. 4
En 1899, les veuves et les femmes célibataires majeures locataires acquièrent le droit de vote aux élections municipales de Montréal. Elles sont suivies, en 1908, par les femmes séparées de leur mari puis, en 1932, par les femmes mariées propriétaires. En 1940, les femmes admises à voter peuvent enfin se présenter aux élections. Cette année-là, Jessie Kathleen Fisher devient la toute première à être élue au poste de conseillère municipale à Montréal; elle siège de 1940 à 1954 et représente les propriétaires dans le système électoral de l'époque. Ce ne sera en effet qu’en 1970 que toutes les restrictions au droit de vote seront abolies à Montréal. 5

1 Enquête canadienne sur le don, le bénévolat et la participation, Statistique Canada, compilation spéciale du Conseil canadien sur l’apprentissage, 2006
(consulté le 31 juillet 2007)
2 Les pratiques culturelles au Québec en 2004 – recueil statistique, par Rosaire Garon, Ministère de la Culture et des Communications, novembre 2005
(consulté le 31 juillet 2007)
3 Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC 2005), Statistique Canada, compilation de la Direction de santé publique de Montréal
(consulté le 31 juillet 2007)
4 Le Web municipal au Québec : portrait de la situation en 2006, Étude réalisée par le CEFRIO pour le ministère des Affaires municipales et des Régions, septembre 2006
(consulté le 31 juillet 2007)
5 Les femmes en politique : un long chemin parsemé d'embûches, politique montréalaise au féminin, Bibliothèque du Conseil virtuel
(consulté le 30 octobre 2006)