Titre
FERMER CETTE FENÊTRE
Signesvitaux du Grand Montréal 2008 Site Internet de la Fondation du Grand Montréal
Commentez Signes vitaux
entete
  • En 2007, 91 % des citoyens de la grande région participaient à la collecte sélective des matières résiduelles, comparativement à 78 % en 2003.  Quant aux déchets dangereux, 62 % des gens avaient utilisé les aires de récupération volontaires pour en disposer.1

  • Au total, 1 880 000 tonnes de matières résiduelles [ordures ménagères, matières recyclables, matières putrescibles] ont été générées en 2006 par les résidants de la grande région, dont près de 70 % ont été envoyées vers des sites d’enfouissement.  Or le volume de matières enfouies était largement sous-estimé par les citoyens.  En effet, 28 % d’entre eux estimaient que la moitié des déchets seulement étaient enfouis et 19 % croyaient que moins du tiers des matières résiduelles se retrouvaient dans des sites d’enfouissement.1 2
Proportion (%) des ménagesconservant l’énergie ou l’eau en 2006

Source : Statistique Canada

  • La grande région a connu 17 journées de mauvaise qualité de l’air en 2005, mais seulement 4 en 2006.  Depuis 2001, la moyenne annuelle a été de 11 journées.3
  • Entre 1998 et 2005, le couvert végétal a diminué de 18 % sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal, soit l’équivalent de 310 hectares.  De 25 % du territoire qu’ils occupaient en 1965, les boisés n’en couvraient plus que 15 % en 2005.  Il disparaît ainsi tous les ans environ sept km2 de boisés.4
  • La perte en espaces boisés a pour conséquence de multiplier les îlots de chaleur, ces zones où la température estivale dépasse d’environ 5 à 10 degrés Celsius celle de l’environnement immédiat.  Le parc industriel de Saint-Laurent, celui d’Anjou, le Plateau Mont-Royal et les grands centres commerciaux sont particulièrement touchés par le phénomène, les écarts pouvant atteindre 17 degrés.5 6
  • En 2005, les trois régions canadiennes qui utilisaient le moins de pesticides étaient celles de Saguenay (12 %), Montréal (14 %) et Sherbrooke (15 %), en raison de la législation en vigueur au Québec.  Là où une telle législation n’existe pas, près d’un ménage sur deux utilise des pesticides.  C’est le cas à Winnipeg (47 %), Regina (46 %) et Saskatoon (46 %). 7
  • Sur l’île, 16,1 % des enfants de 6 mois à 12 ans souffrent de manifestations allergiques associées à l’herbe à poux, dont la prévalence est proportionnelle au degré d’exposition dans un rayon de moins de 1 000 mètres.  La prévalence des manifestations allergiques liées à l’herbe à poux varie de 6 % sur l’île, l’ouest et l’est étant les zones les plus affectées.8
  • Un Établissement vert Brundtland (EVB) est un établissement scolaire où l'on « agit localement tout en pensant globalement ».  Dans un EVB, on réfléchit, on enseigne et on agit en fonction de valeurs fondamentales à une société plus écologique, plus pacifique, plus solidaire et plus démocratique.  Il y a 15 ans déjà, deux écoles de l’île de Montréal obtenaient leur certificat d’Établissement vert Brundtland (EVB).  Cette année, au Québec, plus de 1 100 établissements, en majorité scolaires, dont 167 sur l’île, participent à ce mouvement.  Au cours des dernières années, les EVB ont étendu leur mission de sensibilisation au développement durable aux Centres de la petite enfance et au secteur de la santé.9

Source :
1 Communauté Métropolitaine de Montréal. (2008). Les opinions et les habitudes des citoyens du Grand Montréal à l’égard des 3RVs.   Perspective Grand Montréal, Bulletin bimestriel de la Communauté Métropolitaine de Montréal, volume 2, no 2, Mars 2008.
2 Communauté Métropolitaine de Montréal. (2008). Mémoire de la Communauté du Grand Montréal : la gestion des matières résiduelles. Un défi prioritaire pour la Communauté métropolitaine de Montréal.
3 Environnement Canada. Data obtained by special request.) / (Source : Environnement Canada, données obtenues sur demande spéciale.
4 CRE-Montréal avec la collaboration de la ville de Montréal. (2008). Indicateurs de l’état de l’environnement. Bilan pour la période 2003-2006.
5 Conseil régional de l’environnement de Montréal et le Conseil régional de l’environnement de Laval. (2008). Communiqué du 19 février 2008 « Colloque Montréalais sur l’état du couvert végétal et les îlots de chaleur urbains ».)
6 Sauvé, M.R. (2008). Montréal se réchauffe dangereusement! Forum, édition du 10 mars 2008.
7 Statistique Canada. (2008). Les ménages et l’environnement. Statistique Canada, Ottawa, no 11-526-X au catalogue.
8 Jacques, L., Goudreau, S., Plante, C. & Thivierge, R. (2008). Prévalence des manifestations allergiques associées à l’herbe à poux chez les jeunes Montréalais. Direction de santé publique, Agence de la santé et des services sociaux.
9 Site internet de la CSQ, section sur les EVB.

Environnement