Titre
FERMER CETTE FENÊTRE
Signesvitaux du Grand Montréal 2008 Site Internet de la Fondation du Grand Montréal
Commentez Signes vitaux
entete
  • En 2006, on a enregistré une hausse de 1,5 % de l’achalandage
    du transport en commun.  Par ailleurs, plus de 26 millions de déplacements
    ont été effectués dans les voies réservées, alors que le taux moyen d’occupation
    des stationnements incitatifs atteignait 75 %, en hausse de 4 %.1
  • De 1996 à 2006, la proportion des personnes se rendant au travail en automobile a légèrement diminué dans la grande région, passant de 72,2 % à 70,4 %, un taux qui demeure cependant stable depuis 2001 (70,6 %).2
  • De 1996 à 2006, la proportion de travailleurs utilisant les transports en commun pour se rendre au travail a augmenté, passant de 20,2 % à 21,4 %, mais elle plafonne elle aussi depuis 2001, à 21,6 %.  La grande région se classait ainsi au deuxième rang des villes canadiennes sur ce plan, juste derrière Toronto (22,2 %) et devant Ottawa (19,4 %). 2

Proportion de personnes qui se rendent
au travail à pied - 1996, 2006


Source : Statistique Canada
  • En 2006, la proportion de travailleurs de la grande région de 25 à 34 ans à utiliser des transports alternatifs [marche, vélo, transport en commun] a connu une hausse importante par rapport à 2001, passant de 29,5 % à 32,9 %.  Par contre, parmi tous les autres groupes d’âge, on note une baisse, surtout chez les 65 ans et plus. 2
  • En 2006, avec une hausse de 3,2 % du nombre de déplacements, le réseau de trains de banlieue de la grande région se hissait au sixième rang en Amérique du Nord, derrière New York, Chicago, Boston, Philadelphie et Toronto. 1 2
Proportion de personnes qui se rendent
au travail à bicyclette - 1996, 2006


Source : Statistique Canada
  • En quatre ans, 1999-2002 à 2003-2006, la consommation annuelle d’essence a augmenté de 6,5 %, une hausse qui peut notamment s’expliquer par la croissance de 6 % (+51 317 véhicules) du nombre de véhicules immatriculés sur l’île. 3
Initié en 2005-2006 par Vélo-Québec, en collaboration avec l’organisme canadien Vert l’action, le programme « Mon école à pied, à vélo ! » cherche à inciter les enfants à intégrer le transport actif dans leur quotidien et, du même coup, à réduire la circulation automobile aux abords des écoles.  En 2007, le programme, implanté dans six régions du Québec, a rejoint plus de 12 000 élèves d’une trentaine d’écoles, dont 11 de la Commission scolaire de Montréal.  Ce programme ne fait pas qu’inciter les jeunes à adopter le transport actif : il sensibilise les élèves et leurs parents aux règles du cyclisme et de la marche en milieu urbain, il contribue à l’identification des risques aux abords des écoles et le long des corridors scolaires, il fait pression pour que les écoles installent des supports à vélo et plus encore.4 5

Source :
1 Agence Métropolitaine de transport. (2007). Rapport d’activités de l’AMT 2006.
2 Statistique Canada. (2008). Habitudes de navettage et lieux de travail des Canadiens, Recensement 2006. Statistique Canada, Ottawa, no 97-561-X au catalogue.
3 CRE-Montréal avec la collaboration de la ville de Montréal. (2008). Indicateurs de l’état de l’environnement. Bilan pour la période 2003-2006.
4 Ministère des Transports. (2005). Mon école à pied, à vélo! Étude de cas sur le transport durable, Vélo-Québec.
  Ministère des Transports. (2006). Programme de démonstration en transport urbain.
5 Vélo-Québec et Accès transports viables. (2006).
  Programme de promotion des déplacements actifs en milieu scolaire.

Transport