Signes vitaux 2010 -  Fondation du Grand Montréal
entete
La réussite scolaire est le plus sûr moyen de surmonter les inégalités sociales, en plus d’ouvrir des perspectives professionnelles et personnelles. Une règle que certains jeunes issus de l’immigration semblent avoir saisie.
  • diplômeEn 2005-2006, 38 % des élèves handicapés de l’île trouvent leur place en classe ordinaire au préscolaire et à l’élémentaire, une proportion qui baisse à 31 % au secondaire. La situation est différente dans l’ensemble du Québec où les enfants sont davantage intégrés (46 %) tandis que c’est moins le cas pour les adolescents (28 %). 1
  • La proportion des élèves de l’île qui entrent au secondaire avec du retard sur leur cohorte a chuté de 3,5 points entre 2002 (18,8 %) et 2005 (15,3 %). Même si, à cet égard, les filles sont déjà plus performantes en 2002 que ne le sont les garçons trois ans plus tard, l’amélioration vaut davantage pour elles (-3,7 points) qui passent de 16,2 % à 12,5 %, que pour eux (-3,3 points) qui passent de 21,3 % à 18 %. 2
  • En 2009, dans la grande région, une bonne partie de la population de 15 ans et plus n’a pas même complété le secondaire (21 %). Toronto (17,9 %), Vancouver (15,6 %) Calgary (14,5 %) et surtout Ottawa (9,5 %) font meilleure figure à cet égard. 3
  • Avec 25,3 % de décrochage scolaire en 2006-2007, Laval s’inscrit dans la moyenne québécoise, tandis que Montréal (32,1 %) s’en distingue plus nettement que Longueuil (26,8 %). Partout les garçons sont plus touchés par le phénomène. Depuis 2002-2003, ils ont toutefois fait un progrès important à Laval (-6,2 points) et, dans une moindre mesure, à Longueuil (-1,6) et à Montréal (-1,3). Au cours de la même période, les filles ne progressaient sensiblement qu’à Longueuil (-1,2) tandis que leur situation demeurait stable à Laval (-0,1) et qu’elle se détériorait à Montréal (+1,6). 4
Taux de décrochage scolaire
agglomérations, 2006-2007
Source : ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport 4
  • En 2006-2007, le décrochage du secondaire public touche davantage les garçons (38 %) que les filles (27 %) de l’île, et affecte certains secteurs (Sud-Ouest-Verdun, 48 %) plus que d’autres (Ouest-de-l’Île, 18 %). 5
  • En 2006, dans la grande région, 29 % des jeunes de 15 à 24 ans ne fréquentent pas l’école. C’est le cas de 25 % de ceux dont la langue maternelle est l’anglais, de 26 % des allophones et de 31 % des francophones. 6
  • Sur l’île, en 2009, les élèves du primaire et du secondaire du réseau public dont la langue maternelle n’est ni le français ni l’anglais (40,6 %) surpassent maintenant en proportion ceux de langue maternelle française (38,1 %). De même, les élèves dont la langue parlée à la maison n’est ni le français ni l’anglais (26,8 %) rejoignent ceux qui y parlent anglais (26,6 %). 7
  • Sur l’île, en 2009, les langues maternelles des élèves du primaire et du secondaire, autres que le français et l’anglais, sont principalement l’arabe (7,6 %) l’espagnol (6,8 %), l’italien (3,1 %), le créole (2,9 %) et le chinois (2,3 %). 7
  • En 2008, dans 31 écoles primaires de l’île et dans le cadre de trois projets pilotes au secondaire, 35 enseignants permettent à 2 186 élèves d’apprendre l’une ou l’autre de 11 langues d’origine. 8
  • Le taux d’obtention du diplôme d’études secondaires est de 82 % chez les élèves montréalais dont la langue d’usage à la maison est le vietnamien, de 78 % dans le cas du chinois, de 67 % pour l’arabe [Maghreb et Liban], de 65 % pour le persan [Iran], de 52 % pour l’espagnol [Amérique latine] et de 40 % pour le créole, en comparaison de près de 62 % chez les francophones. À Toronto et à Vancouver aussi, certains groupes issus de l’immigration réussissent mieux que le groupe anglophone, mais cet avantage est généralement moins marqué, sauf dans le cas des locuteurs du chinois. 9
  • La proportion d’élèves nés ici de parents venus de l’étranger (23,4 %) plafonne depuis 2005, tandis que la proportion d’élèves nés à l’étranger tout comme leurs parents (22,4 %) s’accroît rapidement depuis 2006. Avec les élèves dont un seul des parents est né à l’étranger (10 %), en 2009, c’est 55,8 % des élèves des niveaux primaire et secondaire du réseau public de l’île qui sont d’origine culturelle diversifiée.7
  • En 2009, dans la grande région, 55,6 % de la population de 15 ans et plus est détentrice d’un diplôme d’études postsecondaires. C’est davantage qu’à Toronto (54,1 %) et Vancouver (51,6 %), mais moins qu’à Ottawa (62,9 %) et Calgary (57,2 %). 10
Distribution de la population de 15 ans et plus, selon le niveau de scolarité atteint
RMR, 2009
Source : Statistique Canada 11
  • Avec 26,5 % de sa population de 25 à 64 ans détentrice d’un grade universitaire en 2006, Montréal se classe 29e parmi 31 régions métropolitaines d’Amérique du Nord. Elle est ainsi devancée par Calgary (20e avec 30,6 %), Vancouver (19e avec 30,7 %), Toronto (14e avec 33,6 %) et Ottawa (9e avec 35,4 %). Au premier rang figure Washington avec 48 % d’universitaires. 12
Population de 25 à 64 ans détentrice d’un baccalauréat ou d’un diplôme supérieur
et classement parmi 31 régions métropolitaines d’Amérique du Nord, 2006
Source : Statistique Canada et U.S. Census Bureau 12

École Le Plateau
© Fondation Le Plateau

dotL’École Le Plateau, fondée en 1973, fut la première école à vocation musicale au sein de la CECM. Sa mission est de permettre aux enfants de milieux défavorisés de vivre l’expérience de la musique dans le cadre scolaire afin de contribuer à leur développement intégral et à leur autonomie.

www2.csdm.qc.ca/leplateau
Sources :

1 Portrait statistique de l’éducation, région administrative de Montréal, ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, 2006
http://www.mels.gouv.qc.ca/stat/Portraits_regionaux/pdf/6_integration.pdf

2 Portrait statistique de l’éducation, région administrative de Montréal, ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, 2005 et 2006
http://www.mels.gouv.qc.ca/stat/Portraits_regionaux/pdf/6_reussite.pdf

3 Enquête sur la population active, demande spéciale (A050705), Statistique Canada
http://vitalsignscanada.ca/rpt2010/IV-3-a.pdf

4 Taux de décrochage (sorties sans qualification ni diplôme) du secondaire, en formation générale des jeunes,
selon le sexe, par territoire de conférence régionale des élus (CRÉ) et ensemble du Québec,
Banque de données
des statistiques officielles sur le Québec
http://www.bdso.gouv.qc.ca/pls/ken/iwae.proc_acce?p_temp_bran=ISQ

5 En santé pour l’avenir ? Un portrait des jeunes Montréalais d’âge scolaire – 2e édition, Direction de santé publique, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, 2010, 46 p.
http://www.santepub-mtl.qc.ca/Publication/pdfsurveillance/portraitjeunes_v2.pdf

6 Santéscope, Institut national de santé publique du Québec
http://www.inspq.qc.ca/Santescope/element.asp?NoEle=858

7 Portrait socioculturel des élèves inscrits dans les écoles publiques de l’île de Montréal. Inscriptions au 30 septembre 2008, par Dominique Sévigny, Comité de gestion de la taxe scolaire de l’île de Montréal, 2009, 491 p.
http://www.cgtsim.qc.ca/pls/htmldb/f?p=105:3:0::NO

8 Le Programme d’enseignement des langues d’origine à la Commission scolaire de Montréal. Réussites et défis, par Réginald Fleury, Les Entretiens Jacques-Cartier, 2008, 10 p.
http://www.chereum.umontreal.ca/activites.html

9 « Le cheminement scolaire des jeunes allophones à Montréal », par Marie Mc Andrew, Jacques Ledent, Jake Murdoch et Henda Ben Salah, Vie Pédagogique, 2009
http://www.mels.gouv.qc.ca/sections/viepedagogique/152/index.asp?page=dossierB_2

10 Enquête sur la population active, demande spéciale (A050705), Statistique Canada
http://vitalsignscanada.ca/rpt2010/IV-2-a.pdf

11 Enquête sur la population active, demande spéciale (A050705), Statistique Canada
http://vitalsignscanada.ca/rpt2010/IV-3-a.pdf
http://vitalsignscanada.ca/rpt2010/IV-2-a-app.pdf

12 Le capital humain dans la région métropolitaine de Montréal, Communauté métropolitaine de Montréal, 2009, 28 p.
http://www.cmm.qc.ca/fileadmin/user_upload/periodique/capital_humain_2009.pdf