Signes vitaux 2010 -  Fondation du Grand Montréal
entete
Le peu d’argent dont elles disposent est une préoccupation centrale dans la vie des personnes à faible revenu. Il en faut pour se déplacer, se divertir, mais d’abord et avant tout pour manger sainement et se loger convenablement.
  • pommeEntre 2001 et 2006, les familles les plus favorisées de la grande région ont vu leur revenu augmenter de 17 % tandis que celui des familles les moins bien nanties connaissait une hausse de 19,7 %. Il en résulte une réduction de l’écart (-1,8 %), la plus marquée des métropoles canadiennes, devant Ottawa (-1 %). Par contre, à Calgary (+1,7 %), Toronto (+3,3 %) et surtout Vancouver (+5,9 %), on note une accentuation de l’écart entre les riches et les pauvres. 1
  • En 2008, 18 % de la population de la grande région vit sous le seuil de faible revenu*– la plus forte proportion des métropoles canadiennes – en hausse de 3 points par rapport à l’année précédente et de près de 40 % depuis 1985. 2
    *Mesure relative de faible revenu basée sur 50 % du revenu médian (après impôt) des familles de recensement, ajusté en fonction de leur type et de leur taille.
  • En 2008, 19,5 % des enfants et adolescents de la grande région vivent en situation de pauvreté. Après avoir gravité autour de 16 % en 1985 et 1990, ce taux a connu une hausse marquée en 1995 (24,4 %), puis il a décliné jusqu’en 2005 (11,8 %) et il est en nette remontée depuis 2007 (16,5 %). 3
  • Sur l’île, en 2009, 31 % des élèves du primaire du réseau public fréquentent une école dite défavorisée. Un écart considérable existe entre le secteur de l’Ouest-de-l’Île (1 %) et celui du Sud-Ouest-Verdun (69 %). Et il y est plus marqué encore pour les élèves du secondaire (0 % vs 77 %), alors que dans l’ensemble, ces derniers sont 28 % à fréquenter une école défavorisée. 4
  • En 2008, 18,8 % des aînés de la grande région vivent en situation de faible revenu, comme la moyenne québécoise (18,7 %) mais bien plus que la moyenne canadienne (12,3 %). 5
  • En 2008, lorsqu’il en coûte en moyenne 100 $ dans l’ensemble des grandes villes canadiennes, on débourse 95 $ à Montréal. On note que les fruits et légumes (106 $) ainsi que l’eau et l’énergie (107 $) reviennent plus chers, tandis qu’à l’autre extrême, le logement en location (82 $) ou en propriété (86 $) ainsi que les loisirs, la lecture et la formation (86 $) sont plus abordables. 6
  • En 2009, 70 % de la population de l’île ne consomme pas les quantités minimales de fruits et légumes. Et il manque 21 % au revenu des familles pauvres pour se nourrir adéquatement une fois que les dépenses reliées au logement sont assumées. 7
  • En janvier 2010, sur l’île, le coût d’une saine alimentation est estimé à 6,90 $ par jour par personne pour une famille type [parents autour de 40 ans, fils de 16 ans et fille de 11 ans], soit un total de 837 $ par mois. Il s’agit d’une augmentation de 175 $ (+26,4 %) en cinq ans, puisqu’en janvier 2005, ce même panier à provisions mensuel revenait à 662 $. 8
  • Lors de son instauration en 1980, le coût de la carte autobus-métro (CAM) représentait 2,9 % du revenu mensuel au salaire minimum. Cette proportion atteint 5,1 % en 2010, tout de même en baisse depuis quelques années. 9
  • En 2009, les élèves des niveaux primaire et secondaire du réseau public sont deux fois plus susceptibles d’habiter un secteur défavorisé de l’île s’ils sont nés à l’étranger tout comme leurs parents (46 %) ou s’ils sont nés ici de parents venus de l’étranger (39 %), que s’ils sont nés ici tout comme leurs parents (22 %) ou si un seul de leurs parents est né à l’étranger (20 %). 10
  • Sur la base d’une enquête menée à Laval et Montréal auprès de 1 206 élèves de huit écoles secondaires, divers facteurs prédisposant les jeunes à jouer à la loterie vidéo ont pu être mis en évidence : être un garçon (2 fois plus de risques), ne pas rentrer directement à la maison après l’école (3 fois), avoir des amis qui jouent sur ces terminaux (6 fois). On a aussi démontré que les appareils étaient significativement plus accessibles dans les quartiers défavorisés. Or c’est l’activité de jeu la plus lucrative : bien que moins de 10 % de la population adulte s’y adonne, en 2007, elle génère près de la moitié dés bénéfices nets tirés des jeux étatisés. 11
  • L’errance urbaine est souvent le lot de personnes vulnérables et fragilisées par la maladie mentale. Les pathologies psychiatriques graves touchent près de 35 % de l’ensemble des itinérants et une même proportion a déjà fait une tentative de suicide, alors que la prévalence est de 0,7 % dans la population en général. 12
enfant au Club des petits déjeuners
© Marie-Reine Mattera
dotEn 1994, fort d’une expérience d’aide humanitaire à l’étranger, Daniel Germain fonde le Club des petits déjeuners dans une école primaire d’un quartier défavorisé de Longueuil. L’objectif est simple et les résultats sont probants : arriver en classe en ayant bien mangé, c’est essentiel à la réussite scolaire. Au cours de la dernière année, dans une atmosphère bienveillante, le Club a servi plus d’un million de petits déjeuners à quelque 7 500 enfants de 96 écoles de la grande région, dont 51 à l’extérieur de l’île. Mais il y a bien davantage. Toutes les activités du Club visent à favoriser le respect de l'autre, à nourrir l'estime de soi et à stimuler la collaboration chez les jeunes. Et pour boucler la boucle, le Club est partenaire du programme alimentaire mondial des Nations Unies, afin d’aider concrètement à améliorer le sort des enfants dans le monde. 13

Sources :

1 Demande spéciale basée sur les données fiscales, Statistique Canada
http://vitalsignscanada.ca/rpt2010/I-1-a.pdf

2 Tendances du revenu au Canada, Tableaux Cansim 202-0802, Statistique Canada
http://vitalsignscanada.ca/rpt2010/I-2-c-iii.pdf

3 Tendances du revenu au Canada, Tableaux Cansim 202-0802, Statistique Canada
http://vitalsignscanada.ca/rpt2010/I-3-c-iii.pdf

4 Défavorisation scolaire 2008-2009, Direction de santé publique, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, 2009
http://www.santepub-mtl.qc.ca/Portrait/montreal/ecoles/index.html

5 Tendances du revenu au Canada, Tableaux Cansim 202-0802, Statistique Canada
http://vitalsignscanada.ca/rpt2010/I-4-c-iii.pdf

6 Indices comparatifs des niveaux de prix à la consommation, octobre 2008, Statistique Canada
http://www40.statcan.gc.ca/l02/cst01/econ165b-fra.htm

7 Consultation sur le deuxième Plan d’action gouvernemental en matière de pauvreté et d’exclusion sociale. Mémoire présenté par l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal au ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale, 15 décembre 2009, 23 p.
http://www.cmis.mtl.rtss.qc.ca/pdf/publications/isbn978-2-89510-681-4.pdf

8 Coût du panier à provisions nutritif, Dispensaire diététique de Montréal, janvier 2010, 2 p.
http://www.ddm-mdd.org/pdf/10-01-Coût-PPN%20fr.pdf
Pratiques et perceptions liées à l'alimentation. Ce que nous apprennent les personnes à faible revenu, par Lise Bertrand, Janine Desrosiers-Choquette, Marie-Paule Duquette et Caroline Marier, Vol 12, N° 2, Dispensaire diététique de Montréal et Direction de santé publique, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, décembre 2009
http://www.santepub-mtl.qc.ca/Publication/synthese/rapv12no2.pdf

9 Le transport urbain, une question de santé Rapport annuel 2006 sur la santé de la population montréalaise, Direction de santé publique, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, 2006
http://www.santepub-mtl.qc.ca/Publication/rapportannuel/2006/rapport2006.html
Site de la Société de Transport de Montréal (STM)
http://www.stm.info/tarification/tarif.htm
Site de la Commission des normes du travail du Québec
http://www.cnt.gouv.qc.ca/salaire-paie-et-travail/salaire/index.html

10 Portrait socioculturel des élèves inscrits dans les écoles publiques de l’île de Montréal. Inscriptions au 30 septembre 2008, par Dominique Sévigny, Comité de gestion de la taxe scolaire de l’île de Montréal, 2009, 491 p.
http://www.cgtsim.qc.ca/pls/htmldb/f?p=105:3:0::NO

11 La loterie vidéo dans les quartiers de Montréal : une approche géomatique, par Nancy Ross, Jason Gilliland, Dana Wilson, Jeffrey Derevensky, Rina Gupta, Sherry Olson et Ian Haase, Ministère de la Santé et des Services sociaux, 2006, 61 p.
http://dependances.gouv.qc.ca/download.php?f=3e3dd3cca09c11761519edf58b995b6a
S’occuper des jeux de hasard et d’argent, Direction de santé publique, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal
http://www.santepub-mtl.qc.ca/jeu/professionnels/index.html

12 Le phénomène de l’itinérance au Québec, Mémoire présenté à la Commission des Affaires sociales, Centre de santé et de Services sociaux Jeanne-Mance, Montréal, octobre 2008, 37 p.
http://www.csssjeannemance.ca/fileadmin/csss_jmance/Publications/Memoires/Pdf/MemoirePhenomeneItinerance.pdf

13 Site du Club des petits déjeuners du Québec et Manon Langevin
http://www.clubdejeuners.org/